Transition Agro écologique : Une analyse transnationale des dynamiques, défis et perspectives dans 5 pays d’Afrique de l’Ouest publiée

Le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Niger ont fait l’objet des études sur l’état des lieux de la prise en compte des transitions agroécologiques dans la fourniture des services de conseil agricole. Une analyse transnationale des dynamiques, défis et perspectives dans ces cinq pays vient d’être publiée dans le cadre du projet « Renouveler les services de conseil agricole pour accompagner les transitions agroécologiques de l’agriculture familiale en Afrique subsaharienne » (#ACOTAF)

En raison des interrogations sur la capacité des services de conseil Agricole à faciliter les transitions agroécologiques, cette étude, conduite sur 5 pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée et Niger), croise agroécologie et conseil agricole tente d’apporter des éléments de réponse à ces interrogations en  identifiant les besoins de transitions agroécologiques dans les cinq pays et en analysant la sensibilité du conseil Agricole à l’agroécologie.

Togo : les Amis de la Terre plaident pour la prise en compte des pratiques agro écologiques dans l’agriculture

Il en ressort les points suivants : Les besoins de transitions agroécologiques sont très différents selon les filières et les territoires.

Les enjeux pour  les filières intensives en intrants de synthèse,  sont relatifs à la santé des sols et à l’efficience, la réduction et la substitution progressive des intrants chimiques. Dans les filières extensives, il s’agit davantage de la reconnaissance et de valorisation des savoirs locaux.

L’étude souligne l’urgence de certaines situations marquées par des crises agraires, des impasses techniques, des dangers sanitaires. Les pratiques agroécologiques existent mais plutôt par défaut que par choix stratégique. Le terme agroécologie est absent des documents de politiques agricoles des 5 pays, hormis au Burkina Faso où une stratégie nationale existe (ainsi que bientôt au Bénin).

Les documents de politiques agricoles sont essentiellement porteurs du modèle de la révolution verte. Malgré la promotion de l’agroécologie, l’utilisation des herbicides en Afrique de l’Ouest , y compris des produits interdits par le Comité sahélien des pesticides (CSP), fait une poussée fulgurante.

Il y a un grand besoin de contextualisation et de définition des objectifs, des modalités et des priorités selon les réalités locales. L’étude met en évidence que les Systèmes Nationaux de Conseil Agricole (SNCA) des 5 pays sont peu sensibles à l’agroécologie.

Vulnérabilité aux changements climatiques: A Tchitchao, OPAS  apprend les bonnes pratiques agro écologiques à 150 femmes agricultrices et  jeunes

Sur le terrain, il ne semble pas y avoir de différences notables entre les démarches de conseil en agriculture conventionnelle et celles en agroécologie. La vulgarisation technique de thèmes isolés à l’échelle de la parcelle ou du troupeau reste la norme partout.

La faible prise en compte de l’agroécologie par le conseil agricole traduit moins une approche partielle qu’un déficit de capacités, de sensibilisation, de ressources et d’écosystème d’innovation approprié.

Les différents dispositifs de conseil agricole présentent des niveaux de sensibilité variable à l’agroécologie. Les dispositifs des OP et des ONG sont les plus sensibles à l’agroécologie. Pour autant il n’existe pas encore véritablement de mouvement social porteur de l’agroécologie dans ces 5 pays.

Accompagner les transitions agroécologiques suppose des ruptures en termes de conseil agricole.

Ces ruptures sont nécessaires tant au niveau des dispositifs de conseil sur le terrain qu’au niveau des fonctions support. L’étude a ainsi mis en évidence un agenda de recherche action sur l’agro écologisation du conseil Agricole.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents