Le GRET amorce l’opérationnalisation d’une GIRE du bassin versant du Lac Togo

Le Groupe de recherche et d’échanges technologiques (GRET) a tenu en fin de semaine, un atelier institutionnel de présentation et d’échanges sur les principaux enseignements de l’étude de faisabilité d’un projet pilote de GIRE du bassin versant du lac Togo.

Cet atelier a vu la participation effective des cadres du Ministère de l’Eau et de l’Hydraulique Villageoise et d’autres acteurs concernés par la thématique. Ils sont donc au total près de 70 participants à répondre à l’invitation du GRET.

Les participants sont amenés à mener des réflexions collectives sur des sujets relatifs à l’opérationnalisation de la GIRE, lors d’un ‘world café’. Le principe du world café est d’avoir des groupes de réflexion qui abordent l’ensemble des thèmes en se déplaçant auprès d’animateurs de groupe fixes ayant chacun un sujet spécifique.

En effet, le Togo dispose des ressources en eau (souterraines et de surface) relativement abondantes, mais inégalement réparties sur le territoire. Elles sont réparties en trois principaux bassins à savoir le bassin de l’Oti (qui fait partie du bassin transfrontalier de la Volta) représentant près de 45% du territoire national, le bassin du Mono (faisant partie du bassin transfrontalier du Mono partagé entre le Togo et le Bénin) représentant environ 35% du territoire et le bassin du lac Togo qui fait 20% du territoire national. Ce bassin, quoique plus petit et exclusivement national, concentre environ 50% de la population togolaise et près de 80% de l’activité économique nationale. La pression sur les ressources en eau (dues aux fortes demandes) de ce « petit bassin » est alors importante pour satisfaire les besoins inhérents à une forte population et activité économique.

Assainissement et Hygiène : Seul le quart des pays est sur la bonne voie

Plusieurs usages de l’eau et des ressources connexes (sols, végétation, biodiversité…) y sont constatés : approvisionnement en eau potable, irrigation, aquaculture, usage industriel, exploitation de carrières/mines, exploitation de bois, etc., et sont sources de dégradations et de tensions régulières entre les usagers. Ces tensions sont davantage exacerbées par le contexte du changement climatique avec des impacts de plus en plus graves (catastrophes naturelles) qui entraînent de fortes pressions sur les ressources naturelles en général et particulièrement sur les ressources en eau à savoir le dérèglement du cycle de l’eau et par ricochet du processus de renouvellement des ressources en eau, la dégradation de la qualité des eaux.

Pour faire face à ces défis, sans cesse croissants, des mécanismes sont développés et mis en œuvre à différentes échelles (international, national, local) pour prévenir et/ou résoudre les tensions voire les conflits au sein d’un Etat ou entre plusieurs Etats qui peuvent découler des pressions sur les ressources en eau. Parmi ces mécanismes, on peut citer le concept GIRE (Gestion Intégrée des Ressources en Eau) qui a vu le jour depuis les années 90 et dont le but est d’assurer un développement et une gestion coordonnés de l’eau, des sols et des ressources connexes en vue d’assurer un partage équitable et un bien-être économique et social pour tous.

« L’eau aujourd’hui telle qu’elle se présente sur le plan international, doit être gérée pour nous-même et penser également aux générations futures. Au niveau du ministère nous avons commencé à mettre en place ce que nous appelons le fonds de la gestion intégrée des ressources en eaux », a fait savoir Tchabore Hatim, Secrétaire Général du Ministère de l’Eau et de l’Hydraulique Villageoise.

Au niveau national, conscients des enjeux locaux de l’eau, les gouvernants se sont engagés, dès ses débuts, sur le concept GIRE pour une gestion durable et la protection des ressources en eau nationales. Le cadre juridique et réglementaire national, en constante évolution, constitue une preuve de cet engagement national avec l’adoption respectivement de la loi portant code de l’eau, du plan d’actions national de GIRE, de la politique nationale de l’eau… Dès lors, et même s’il existe encore plusieurs points d’amélioration à apporter au cadre actuel, les éléments de base pour l’utilisation, la gestion et la protection des ressources en eau existent et doivent être opérationnalisés, ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui : la GIRE n’est pas encore connue ni opérationnalisée systématiquement au Togo.

Ainsi, pour contribuer à l’opérationnalisation de la GIRE au Togo, le GRET (Groupe de recherche et d’échanges technologiques) en collaboration avec la Direction des Ressources en Eau (DRE) du Ministère de l’Eau et de l’Hydraulique Villageoise du Togo réalise, depuis octobre 2021, une étude de faisabilité d’un projet pilote de gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) du bassin versant du lac Togo (BVLT) avec l’appui financier de l’Agence de l’Eau Seine Normandie (AESN).

Le but de cette étude est d’amorcer l’opérationnalisation d’une GIRE du bassin versant du Lac Togo, selon une démarche ascendante. Les différentes phases de cette étude consistent à (i) l’analyse documentaire et la production d’un rapport de diagnostic initial, (ii) l’identification de 3 (trois) « territoires pilotes » pour l’approfondissement du diagnostic et la mise en place des conditions pour l’opérationnalisation future d’une GIRE selon une approche ascendante, et (iii) l’élaboration d’un document de projet d’opérationnalisation de la GIRE sous un format de recherche-action.

C’est donc presqu’arrivée à terme après plusieurs activités mises en œuvre, que cet atelier a été organisé avec différentes parties prenantes de cette problématique pour partager les principaux résultats obtenus, les difficultés rencontrées au cours de l’étude et les perspectives.

« La GIRE, c’est un enjeu majeur au sens où la gestion intégrée des ressources en eau traite de différentes thématiques territoriales qui sont à notre niveau relativement importante. Il s’agit des enjeux de gouvernance, de mobilisation et de participation citoyenne évidemment d’accès à l’eau potable, d’amélioration du cadre de vie, de l’environnement et du climat, autant de thématique sur lesquels le GRET travaille et qui nous sont chers. La GIRE, c’est une thématique qui est de plus en plus prenante dans le cadre de nos interventions. Nous intervenons sur ce secteur depuis 2008-2009 au Sénégal aujourd’hui au Togo et dans d’autres pays et pour c’était évident à contenu de la stratégie nationale existante au Togo d’accompagner la mise en œuvre de ce processus au regard des engagements que prend l’État et notamment le Ministère de l’Eau et de l’Hydraulique Villageoise sur cette thématique », a indiqué le Représentant pays du GRET au Togo.

L’objectif général visé par cet atelier est de contribuer à l’opérationnalisation d’une gestion intégrée des ressources en eau du bassin versant du lac Togo. De façon spécifique, il a permis de partager les principales conclusions de l’étude de faisabilité d’un projet pilote de GIRE du BVLT, animer la réflexion collective sur les conditions d’opérationnalisation de la GIRE au Togo, présenter les grandes lignes du nouveau projet d’opérationnalisation de la GIRE dans trois territoires du BVLT.

« L’idée de l’étude pour  laquelle nous sommes rassemblés, c’est d’identifier les problématiques liées au ressources en eau dans le bassin versant du lac Togo qui est un bassin exclusivement national et qui fait près de 8000 km² et l’importance de ce bassin c’est qu’il concentre la grande partie des problématiques en terme de population puisque ce bassin prend contre la capitale et donc en terme aussi de demandes en eau notamment pour les industries pour l’agriculture etc. Donc l’idée aujourd’hui pour nous c’est d’identifier ses problématiques là et de commencer par opérationnaliser la GIRE mais de façon ascendante. Nous avons identifié trois territoires à savoir la commune Haho 1, la commune Zio 2 et la commune Kpelé 1 qui ont été identifiées par rapport à la représentativité des enjeux constatés à l’échelle de tout le bassin sur leur territoire », indique pour sa part Flamay Ahiafor.

A la fin de cet atelier, les principaux résultats des activités de l’étude sont présentés, des observations et commentaires sont recueillis pour l’amélioration des résultats, des informations complémentaires sont fournies et intégrées aux travaux, une analyse des forces-faiblesses-opportunités-menaces pour l’opérationnalisation de la GIRE au Togo est réalisée, les mécanismes d’articulation de la GIRE entre les différents niveaux (local-bassin-national) selon un principe de subsidiarité sont définis, des réflexions sur la pérennisation de la GIRE (animation, financement, etc.) sont menées, les objectifs, résultats et activités du nouveau projet sont présentés, le concept de la recherche-action participative ainsi que les modalités de sa pratique dans le cadre du nouveau projet sont présentés et discutés.

« Etude de faisabilité d’un projet pilote de GIRE du BVLT »

Depuis octobre 2021, le Gret et la DRE, grâce au soutien financier de l’AESN, conduisent cette étude dont la finalité est l’opérationnalisation progressive d’une GIRE locale, de façon ascendante, dans un format de recherche-action, sur 3 territoires à forts enjeux représentatifs des problématiques du bassin. Plusieurs activités ont été mises en œuvre avec des résultats divers et variés.

Cette présentation permettra de présenter les objectifs, les résultats attendus, les démarches globale et spécifique de mise en œuvre et les principaux enseignements obtenus lors de la mise en œuvre de l’étude. L’accent sera mis sur les difficultés, les limites mais aussi les leçons apprises durant la phase de l’étude.

Projet « recherche-action pour l’émergence d’une GIRE du BVLT » (Projet REGIRE lac Togo)

Une des principales activités de l’étude de faisabilité est l’élaboration d’un projet pilote de GIRE sur des territoires pilotes dans un format de recherche-action ; ainsi un projet a alors été élaboré et soumis aux partenaires.

La présentation sera faite en deux temps : une première partie qui va concerner les aspects généraux du projet (objectifs, résultats, activités, etc.) et une seconde partie qui sera consacrée à la recherche-action ; cette seconde partie va présenter globalement le concept avant de s’appesantir sur les aspects de la recherche-action pris en compte dans le cadre du projet.

B.A

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents